La chronologie des Poilus

ANNEE 1914 

C’est le début des offensives et contre-offensives à découvert. La mortalité est terrible, en moyenne 1967 morts par jour. Le mois de septembre 1914 est le plus meurtrier pour la colonie française de Madrid.

Marcel SÜSS

ANNEE 1915 

1915 est l’année la plus coûteuse en vie en France comme dans la colonie française de Madrid. C’est le terrible résultats des offensives qui échouent à percer le front. La mortalité journalière côté français est de 956.

Franc PARIS

ANNEE 1916 

C’est l’année des grandes offensives à Verdun et à la Somme. 690 soldats meurent en moyenne chaque jour en France. On comprend que Verdun ait tant marqué les mémoires : 8 des poilus de Madrid y sont morts.

Léon ROUSSEL

ANNEE 1917 

La mortalité tombe à 450 morts par jour en moyenne, reflétant l’adoption progressive de méthodes de guerre plus économes en vie humaine. Parmi les 6 tués de Madrid, l’un meurt dans un camp de prisonnier, un autre dans le terrible accident de train de Saint-Michel de Maurienne du 17 décembre 1917,  un troisième dans l’écrasement de son avion sur le front oriental.

ANNEE 1918 

La mortalité repart à la hausse avec l’offensive de la guerre de mouvement et une moyenne journalière de 730 tués, côté français. Un poilu Etienne CAPDECOMME, professeur au Collège français décède après l’armistice, comme 2% du total des poilus. Il aura passé presque 5 ans sur le front.

André CLAUDE
Répartition annuelle de la mortalité des soldats “Morts pour la France”
Les Poilus de Madrid L’ensemble des Poilus
1914 (à partir d’août 15 morts soit 27% 24%
1915 17 morts soit 30% 26%
1916 12 morts soit 21% 19%
1917 6 morts soit 11% 12%
1918 (jusqu’au 11/11) 5 morts soit 9% 16%
après l’armistice 1 mort soit 2% 3%
Publicités